Loading

Le dépistage

Dépistage lors de l'opération Test in the City.

Dépistage lors de l’opération Test in the City.

Le dépistage

Précisions importantes.

  • Le test de dépistage ne protège pas du VIH.
  • Il s’agit d’une démarche volontaire et personnelle.

Quel est l’intérêt de se faire dépister?

Il permet de connaitre son statut sérologique par rapport.

Un résultat négatif doit toujours être confirmé à 3 mois après la prise de risque, même si les tests actuels permettent de détecter une séropositivité dans le mois qui suit la prise de risque.

Le test n’est obligatoire que pour les dons de sang, de sperme, d’organes, de tissu et de lait. Il est systématiquement proposé par le médecin lors d’une grossesse.

Quand effectuer un test?

  • Après un doute ou une prise de risque avéré (pénétration sans préservatif…):

Si moins de 48h se sont écoulées depuis la prise de risque (rupture de préservatif par exemple), vous pouvez bénéficier d’un traitement post-exposition qui peut vous éviter d’être infecté. Il vous sera prescrit et délivré aux urgences de n’importe quel hôpital.

Si plus de 48 heures se sont écoulées depuis la prise de risque, il faut attendre six semaines pour faire un test de dépistage « classique » et trois mois pour un test rapide. Il est parfois possible de réaliser le test « classique » seulement 15 jours après la prise de risque mais, dans ce cas, le résultat obtenu ne sera pas fiable à 100%.

  • N’importe quand et de manière régulière

En France, les autorités de santé recommandent un dépistage du VIH/sida annuel chez les gays et tout homme ayant des pratiques homosexuelles, chez les usagers des drogues (injections intraveineuses, pailles de sniff, etc.) et chez les personnes multipartenaires originaires d’Afrique subsaharienne et des départements français d’Amérique (Antilles, Guyane).

Vous souhaitez ne plus (ou ne pas) utiliser de préservatif, dans une relation de confiance après un délai de 3 mois (fenêtre de séroconversion sur une prise de risque antérieure).

Où effectuer un test?

Dans un Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit (C.D.A.G.), lieu spécialisé pour ce type d’accueil et dans les tests VIH, hépatites, voire IST.

  • A Monaco : Centre Hospitalier Princesse Grace, avenue Pasteur, au Centre de Dépistage (anonyme et gratuit).
  • Lors d’un « Test in the City » organisé par Fight Aids Monaco en Principauté
  • Sur la France : vous pouvez contacter notamment Sida Info Service (www.sida-info-service.org) pour vous renseigner sur les adresses ou vous rendre dans un laboratoire d’analyse (sur prescription de votre médecin pour un remboursement)

Comment se déroule le test?

Lorsqu’il réalisé dans un CDAG, il s’agit d’un examen biologique réalisé par une simple prise de sang, sans obligation d’être à jeun. Le résultat est communiqué entre deux jours et une semaine et est remis par un médecin.

Il existe des « Tests Rapide d’Orientation Diagnostique » qui fournissent un résultat fiable à 99% et cela en quelques minutes (>15min). Ces tests sont utilisés lors des journées « Test in the City ».

Qu’il soit réalisé de manière classique ou via un TROD, en cas de résultat négatif, ne baissez pas la garde et restez vigilant en vous protégeant lorsque c’est nécessaire.
Si le résultat s’avère positif, bénéficier d’un suivi médical et psycho-social auprès d’associations spécialisées et utilisez des préservatifs.

Résultat positif … Qu’est-ce que ça veut dire?

Si le résultat est « positif », cela veut dire que l’on est séropositif, porteur du VIH. Il faut consulter un médecin spécialiste pour bénéficier d’une prise en charge médicale et, si nécessaire, d’un traitement anti-VIH.

Grâce aux progrès de la médecine, l’espérance de vie des personnes séropositives est aujourd’hui identique à celle des personnes séronégatives. Un bon suivi médical vous permettra de mener une vie normale. La prise d’un traitement antirétroviral permettra, de plus, de réduire considérablement les risques de transmission du virus à d’éventuels partenaires. Parlez-en à votre médecin.

Le Conseil exprime fermement son opposition au dépistage obligatoire des personnels de santé, comme il s’est exprimé contre le dépistage obligatoire en d’autres circonstances, suivant ainsi l’avis de nombreuses instances internationales. Le dépistage volontaire du VIH doit permettre la responsabilisation par l’information et le conseil. – C.N.S. – déc 2004